La reliance créative

Un rayon de soleil :

Ce matin en me levant, j’ai aperçu un rayon de soleil traversé le salon. Cela me mit en joie. C’est alors qu’un élan vital, irrépressible me prit : je devais sortir, aller dehors prendre le soleil et un bol d’air frais. « Oui mais tu n’es pas habillé ! », « tu dois travailler » et « il faut que … » me dit la petite voix intérieure. Pour apaiser un peu mon impatience, j’ai attrapé mon manteau, glissé mes pieds dans mes chaussures pour aller ouvrir les volets. Vous savez ces volets battants extérieurs ! Pour rien au monde, je ne l’ai changerai. L’air vif et frais me revigora en l’espace d’un instant et une lumière naturelle, douce et chaleureuse a envahi ma maison. Rien que ça, c’était du bonheur !

La balade studieuse :

Je fis donc mes petits rituels du matin : manger, m’habiller, ranger mais ce besoin d’aller dehors ne me quittait pas. Alors j’ai mis dans mon grand sac en tissu: carnets et crayons et je suis sortie.

Seulement après quelques mètres et quelques pas au soleil, entourée de végétation, je fis de grandes inspirations qui m’ont doucement apaisée. D’apparence calme, je bouillonne intérieurement. Mes pensées m’assaillent tout le temps du matin au soir. Je suis sûre de ne pas être la seule à vivre ça, non?

Bizarrement, c’est devenu plus intense en ces temps difficiles avec la pandémie. Je me suis donc baladée jusqu’à un banc au soleil où j’ai sorti mon carnet et mes crayons pour travailler et écrire.

Un besoin vital instinctif :

Mais qu’est-ce donc que ce besoin qui me bouscule à chaque fois que le soleil réapparaît au petit matin ?

Nous sommes des êtres humains et qui plus est, des êtres vivants animés c’est-à-dire qui bougent, se mettent en mouvement. Nous avons donc besoin de bouger, c’est vital pour se nourrir d’abord. Mais alors pourquoi je ne me sens pas aussi apaisée les autres jours, en ville comme à la campagne ?

Je le sais au fond de moi. Et vous ? Ce n’est pas seulement un besoin de bouger, c’est un besoin bien plus grand, celui de la reliance: la reliance à soi, aux autres et à son environnement.

Depuis la nuit des temps, depuis que les hommes existent, nous nous abritons pour nous protéger des prédateurs et des intempéries. Si aujourd’hui, nous n’avons plus vraiment de prédateurs, nous sommes devenus pudiques et nous n’aimons pas les voyeurs. A part cela, les intempéries, eux, sont toujours là. Alors quand le soleil réapparaît, quoi de plus naturel que d’avoir envie de sortir prendre l’air. Cependant l’air de la ville n’est pas la même qu’à la campagne, il est plus pollué. Et ce n’est pas tout, en ville, tout est gris et bétonné, il y a du bruit, des lumières artificielles partout plus ou moins agressifs.

L’éveil des sens :

A la campagne, quand nous sortons, la végétation est là, changeante à chaque saison. Elle nous entoure de toute sa verdure et ses couleurs suivent les saisons. Nous apercevons ici et là quelques insectes sautant ou volant, des animaux au loin. Et il y a plus d’espace pour laisser passer le soleil. L’air y est plus doux, plus clair, l’ambiance est plus calme et plus apaisante. Tous nos sens sont en éveil chacun leur tour et de la même manière : en douceur ! Le soleil réchauffe et éclaire notre visage comme une caresse. Le parfum des fleurs nous emplit le nez de douces et merveilleuses odeurs. Bon, je ne parle pas des jours d’épandages ! Les couleurs verdoyantes et chatoyantes de la nature bonifient nos journées. le chant des oiseaux nous met en joie jusqu’à nous pousser à les imiter.

les liens de l'arbre
reliance naturelle

Mes découvertes :

Ce besoin de reliance que j’explore depuis quelque temps est ressourçant. Cela me donne de l’énergie. Comme une batterie qui a besoin de se recharger grâce aux panneaux solaires, nous même avons besoin de nous recharger au soleil et au grand air.

Alors allons-y ! Prenons le soleil 5 minutes ou plus ! Est-ce suffisant ?

Parfois mon esprit est tellement encombré par de multiples pensées que cela ne suffit pas.

Essayez donc ce petit exercice : inspirer et expirer doucement et longuement plusieurs fois pendant quelques minutes.

Cela me procure du bien être et apaise mon esprit vagabond.

ou encore cet autre exercice: ressentez pour chacun de vos sens tout ce qui vous entoure. C’est ce qu’on appelle la pleine conscience.

On peut faire ça sous forme de méditation. Si certains sont capables de méditer en ville, cela n’est pas mon cas. Je me sens bien mieux de méditer en pleine nature qu’entre 4 murs ! Très émotive et sensible avec un esprit bouillonnant, c’est au cœur de la nature que j’arrive le mieux à me reconnecter à mon corps, à mon environnement et à retrouver la paix. J’appelle ça la méditation contemplative. C’est le chemin le plus court et le plus simple.

La reliance créative :

Tous  les jours, nous empruntons des chemins différents pour se faire du bien. Au fils du temps et de mes expériences, j’ai appris de multiples façons de me relier à mon intériorité, m’apaiser pour mieux m’ancrer dans la réalité à travers les arts créatifs et intuitifs.

Depuis toute petite, j’aime chanter, danser, créer, dessiner et écrire mais j’ai toujours fait ça de façon intermittente. Aujourd’hui, j’essaye de faire ça de façon régulière ou le partageant avec d’autres personnes.

Quel art créatif pratiquez-vous ? Le pratiquez-vous de façon régulière ? au quotidien ?Quels bénéfices en retirez-vous ?

Dites-le moi ci dessous dans les commentaires!

Partagez cette article si vous l'aimez!

Laisser un commentaire